• Coralie, Franck, Elodie, Justin et Youssef ont participé à une journée pétanque, organisée par le comité de sport adapté. C’était à Chauzon, le mardi 20 novembre.

    Le matin, nous avons fait plusieurs jeux.

    La cible : se rapprocher le plus possible des chiffes au milieu, comme au tir à l’arc. Sauf que cette fois la cible est par terre.

    Le cerceau : lancer la boule à travers le cerceau. La boule ne devait pas dépasser la bande rouge au fond.

     

     

     

     

     

     

    Les deux barres : la boule devait passer au-dessus de la première barre et en dessous de la deuxième.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les trois ronds : les cochonnets sont au milieu des ronds. Lancer la boule dans les ronds, le plus près possible des cochonnets. Les ronds sont de plus en plus petits et de plus en plus loin.

     

     

     

     

     

     

     

    Les lignes : lancer la boule dans le rond en suivant le chemin des lignes. Pas facile celui-là !

     

    Les carrés : lancer la boule dans un carré pour enlever le plot. Puis, on avait une couleur et il fallait lancer la boule dans les carrés avec la couleur. Exemple : Justin choisit le blanc. Il doit viser les carrés avec les plots blancs.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Le pneu : lancer la boule dans le pneu.

    La pyramide : lancer la boule dans les chiffres 1, 2 et 3.

    Le rond (le pot) : lancer la boule dans le rond. On avait le droit de tirer la boule pour la sortir du rond.

    La marelle (l’échelle) : lancer la boule dans différentes cases.

     

    Nous avons pique-niqué sur place.

    L’après-midi, nous avons encore joué. Puis, on a eu un diplôme, remis par Nicolas du sport adapté.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Avec nous, il y avait d’autres groupes, des ESAT, foyers de vie.

    Pour nous aider sur les jeux, des gens du club de pétanque de Chauzon étaient avec nous.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Justin : « ça m’a plu. Le jeu avec les ronds. J’ai joué avec Philippe, il était marrant. Et Gilles, David du club. En rentrant, j’ai payé un coup à boire à Franck et Stéphane (usager et éducateur du SAJ).

    Coralie : « c’est bien le rond, le pneu, j’adore. On a eu un diplôme. On a bu un coup, du jus de pomme. Prête à refaire ».

     


    2 commentaires
  • Actuellement, en atelier arts plastiques, tous les adultes du SAJ participent à la création de cartes de vœux. Encadrées par Caroline B. et Sandy, cette activité se passe plusieurs fois par semaine.

    Nos vœux pour le Téléthon

     

    Pour fabriquer ces cartes, chacun peut coller, couper, mettre des paillettes, faire des tampons, décorer, utiliser du matériel.

    Nos vœux pour le Téléthon

    Nos vœux pour le Téléthon

     

      

    Nos vœux pour le Téléthon

    Nos vœux pour le Téléthon

     

     

     

     

     

     

     

    Nos vœux pour le Téléthon

     

     

     

     

     

     

     

     

    Par exemple, on utilise la découpe et embossage à froid. On pose une plaque. Dessus, on met la forme à découper. Puis on tourne la manivelle pour découper et « faire en bosse ».

    Nos vœux pour le Téléthon

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cette tablette sert à positionner les tampons (« LOVE », « Joyeuses fêtes », « Bonne année », bonhomme de neige, sapins, des cerfs, des étoiles, des flocons, des boules de Noël, des gants, des guirlandes…) pour éviter qu’ils bougent. On met de l’encre dessus, on presse la vitre pour décorer la carte.

    Nos vœux pour le Téléthon

    Nos vœux pour le Téléthon

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On fabrique des cartes toutes faites et des sets de création, c’est-à-dire que dans une pochette, vous trouvez tout ce qu’il faut pour faire la carte vous-même (par exemple un ruban, un motif, des dessins, un fond de carte).

    Nos vœux pour le Téléthon

    Nos vœux pour le Téléthon

     

     

     

     

     

     

     

     

    Les ventes sont pour le Téléthon. Les sets de création sont à 2 euros, les cartes déjà faites à 3 euros. Tous les sous récoltés sont donnés à l’association du Téléthon. Cette année, le Téléthon a lieu les 8 et 9 décembre.

    Notre projet est de vendre ces cartes au marché d’Aubenas, le samedi 8 décembre. On va peut-être aussi les vendre dans des boutiques à Aubenas et sur un marché de Noël. En plus de ces cartes, on aura peut-être des produits de l’ESAT Avenir, confitures, gâteaux…

     Nos vœux pour le TéléthonNos vœux pour le Téléthon

     

     

     

       

    Pour participer à ce beau projet, vous pouvez acheter nos cartes. Pour cela, il suffit de nous contacter par le blog en laissant un commentaire après cet article. Vous pouvez aussi nous téléphoner : 04 75 94 34 35. Vous pouvez nous envoyer un email : sajlesbabelous@adapei07.com

    Merci beaucoup pour votre participation qui fait plaisir à nous et au Téléthon.

     

    Nos vœux pour le Téléthon


    3 commentaires
  • Parmi tous nos projets, il y a le concours de bande dessinée du festival international de la bande dessinée, à Angoulême. C'est ouvert aux jeunes et adultes en situation de handicap. Cette année, le thème est le partage. On doit rendre notre bande dessinée avant le 15 décembre.

      

    Le partage, c’est quoi ?

    « C’est donner, quand on en a trop, c’est donner à ceux qui n’en n’ont pas. Trop d’habits, trop de jouets ». Donc on peut partager des choses, des objets. Mais on peut aussi partager de l’amitié, de l’amour, des sentiments, des émotions comme la joie, la tristesse, la colère.

    Partager, c’est prêter. Quand on donne, on ne reprend pas. Si on prête, on attend que ce qu’on a prêté soit rendu. On donne une part de pizza, on prête un couteau pour couper la pizza.

    Partager, c’est recevoir. C’est comme un cadeau qui fait plaisir. Partager c’est faire plaisir à quelqu’un, mais c’est aussi avoir plaisir que quelqu’un s’occupe de nous.

    Pour partager, il faut être deux ou plus. On partage quand on fait à plusieurs, comme partager les tâches ménagères à la maison ou au SAJ. Ici, en ce moment, Valentin met la table pour la collation le matin, Christophe prépare le café, Justin le thé. Alexi débarrasse la table de la collation. Elodie vide le lave-vaisselle. Frédéric étend, plie et range le linge. Quand ils sont absents, il y a un remplaçant ou une remplaçante.  On change tous les mois, sur l’emploi du temps, pour que tout le monde participe aux tâches quotidiennes. Tous les lundis matin, quand on fait l’emploi du temps, on s’inscrit pour la mise de table et aller chercher le courrier. Faire ensemble, chacun quelque chose, c’est partager, pour que chacun participe à la vie de groupe, pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui fassent tout. Partager permet de donner et recevoir. On donne de notre temps, ce qu’on sait faire. En retour, on reçoit des autres : quand je m’installe à table, je suis content d’avoir mis la table pour les autres et je suis content que d’autres est mis la table pour moi.

    Partager, c’est plutôt bien. Dire ce qu’on pense, ce qu’on ressent aux autres, ça fait plaisir, ça fait du bien. Mais on n’est pas obligé de partager tout tout le temps, on peut en garder pour soi.

     

    Sur l’affiche du concours, on voit deux personnes sur un banc. L’homme à la veste verte a un sandwich. Il en donne la moitié à son voisin qui, apparemment, n’a rien à manger. L’homme à la veste bleu reçoit la moitié du sandwich. L’un donne, l’autre reçoit. Les deux partagent. Du coup, les deux hommes sont contents de donner et de recevoir. Ils partagent à manger, mais aussi un sourire, de la gentillesse. C’est aussi important que le sandwich. Sur le dessin, ça n’a pas l’air compliqué de partager, surtout que ça fait plaisir aux deux. Ils vont peut-être devenir amis.

     

    Pour l’instant, pour notre bande dessinée, nous réfléchissons sur les personnages et le lieu. On a aussi regardé comment se réaliser une bande dessinée. Il faut dessiner en respectant des cases qu’on appelle des vignettes. On peut ajouter du texte, pour faire parler les personnages. Dans ce cas, on crée des bulles, c’est-à-dire des espaces pour écrire ce que dit le personnage. On peut aussi écrire pour dire ce qu’il se passe dans l’histoire, comme dans un livre.

     

    Pour en savoir plus sur le concours :

    https://www.hippocampe-culture.fr/


    votre commentaire
  • Mardi 25 septembre, Coralie, Justin, Christophe, Nicolas, Alexi et Frédéric sont allés au palais idéal du facteur Cheval. C’est à Hauterives.

    Un facteur et des lamas

    Un facteur et des lamas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un jour, un facteur, Monsieur Cheval, a commencé à ramasser des cailloux pendant qu’il distribuait les lettres. Tous les jours il a fait ça, pendant plus de trente ans. Il a construit ce qu’il appelle un palais. Maintenant, nous pouvons le visiter, monter les marches, passer dessous. C’est très joli, il y a plein de statues, des décors partout. Pour coller tous ces cailloux, il a eu de l’aide par un maçon, mais c’est lui qui a choisi les endroits, les décors. C’est bien qu’on puisse le voir, il a fait ça aussi pour les autres, ça permet de voir quelque chose qui est rare, spécial. Merci Monsieur Cheval !

    Un facteur et des lamas

     

     

     

     

     

    Un facteur et des lamas

     Un facteur et des lamas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Après il a fait la même chose pour construire son tombeau, là où il est enterré.

     Un facteur et des lamas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Un facteur et des lamas

     

     

    Jeudi 27 septembre, Franck, Youssef, Sandrine et Jean sont allés à Ardèche Lamas. C’est un parc à Saint Remèze qui accueille des lamas. Il y en a beaucoup. Partis le matin, manger sur place. Des grands, des petits. Font un peu peur. Les caresser, un peu.

     EnigmaMac DreamyBelle de Jour


    1 commentaire
  • Lundi 24 septembre, quatre adultes du SAJ, Justin, Mériem, Coralie et Alexi, sont allés à Privas pour le lancement de l'opération brioches 2018. 

    Vive l'opération brioches

     

     

     

     

     

     

     

     

    Quand ?

    Du premier au 7 octobre. Cette opération se fait chaque année depuis plus de quarante ans.

    Pourquoi?

    Pour récolter des sous qui vont servir à faire des travaux, à construire des établissements ou à les agrandir. C'est d'ailleurs le cas pour l'ESAT de Viviers qui a été agrandi grâce aux sous de l'opération brioches 2017.

    En 2019, ces fonds aideront à rénover l'IME de Lalevade et à améliorer la confiturerie de l'ESAT de Lalevade (créer un laboratoire agroalimentaire). 

    Qui ?

    Cinq milles (5000) bénévoles vont vendre des brioches pendant une semaine.

    Combien ?

    Trente-six milles (36000) brioches ont été commandées. Pour la dernière opération, cent cinquante trois mille quatre cent cinquante neuf (153 459) euros ont été récoltés.

    Où?

    A l'Intermarché de Lalevade. A Aubenas : Intermarché, Carrefour Market, le Jardin Provençal, le marché du samedi matin, devant La Rotonde, devant le magasin d'optique, La Halle, devant le Crédit Agricole.

     

    Après les discours de Madame Chambert, la Présidente de l'ADAPEI 07, de Monsieur Barbe, qui gère l'opération, nous avons entendu une responsable du Conseil Général de l'Ardèche, une du Conseil Régional Auvergne Rhône Alpes, le maire de Privas Monsieur Valla, puis Monsieur le Député Hervé Saulignac. Ensuite, Alexi a pris la parole pour dire que "nous étions content d'être avec eux. Nous espérons que l'ADAPEI récolte beaucoup de sous. Nous souhaitons bon courage aux bénévoles". Alexi a pu aller à la tribune à côté de la Présidente Elisabeth Chambert. Ça tombe bien puisque Alexi est aussi Président du CVS au SAJ de Lalevade. 

    Vive l'opération brioches

     

    Vive l'opération brioches

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vive l'opération brioches

    Nous avons terminé par un repas au restaurant, offert par l'ADAPEI 07. C'était très bon !

     

    Pour plus d'informations, visitez le site de l'opération brioches (cliquez sur ce titre).

     

    Manger des brioches, c'est bon et ça nous aide !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires